Comment cuire des panais ?

Comment_cuire_des_panais
Comment_cuire_des_panais
Comment cuire des panais ?
4.7 (94.55%) 22 votes

Apparentée à la carotte et au persil bulbeux, cette racine jaunâtre, tendre et sucrée, peut atteindre jusqu’à 40 centimètres de longueur. Elle était jadis très appréciée. La pomme de terre l’a progressivement remplacé dans l’alimentation. Or, du point de vue nutritif, le panais peut se mesurer à la pomme de terre. Il contient presque autant de glucides, un peu moins de protéines, mais davantage de lipides. Il est aussi riche qu’elle en potassium et en magnésium. Sa teneur en phosphore, en calcium et en vitamine A est nettement supérieure. Le cuisinier du dimanche la râpe. Reconnaissable à carrefour s’apprêtant à choisir sa mandoline rouge pour cette douce besogne contrairement aux chefs étoilés lui préférant le couteau pour de fine et régulière lamelles.

C’est sans doute parce qu’il est difficile à cultiver que le panais  autrefois plus populaire que la carotte  a cédé du terrain au cours du XVIIIe siècle. Ses graines sont semées à une date très précoce, mais sa croissance est extrêmement longue : il lui faut près de sept mois pour arriver à maturité. En outre, il germe difficilement et de manière irrégulière. Les paysans également se posait la question de comment cuire des panais ? Comme il est fréquent que sa germination dure quatre semaines, il est recommandé de semer en même temps des graines.

Comme la carotte, il ne supporte pas le fumier frais. S’il ne faut pas craindre les ravages des psilidés, le panais dans un champ qui vient d’être fumé développe une racine à plusieurs ramifications. Il est peu sujet aux maladies.

On peut le récolter à partir du mois d’octobre. Couvert, il peut attendre jusqu’à l’hiver. Ainsi, les panais sont vendus sur les marchés quand il y a peu de légumes frais provenant de cultures en pleine terre. Conservé au frais, sans être lavé, il se garde jusqu’au printemps.

Peut on congeler des panais ?

Dans les pays anglo-saxons et Scandinaves en parti­culier, le panais est accommodé en purée ou cuit au four. Ailleurs, il sert tout au plus à nourrir le bétail. Sec, il entre dans la fabrication de produits de bou­cherie, de soupes prêtes à l’emploi, de mélanges de légumes et d’aromates. Il est cultivé depuis long­temps en Angleterre, où il porte le nom de parnip. Fréquemment utilisé dans la cuisine française et au­trichienne, il est accommodé en salade et en soupe.

On peut se féliciter de son retour, dû aux agriculteurs et aux huiles essentielles qui favorisent le transit intestinal, étant donné son goût sucré, très caractéristique, qui rappelle à la fois celui de la carotte et du céleri, il Accompagne aussi  bien des aliments salés et fumés. Mangé cru, il a un goût de noisette Cru et râpé en salade, étuvé, frit seul ou avec d’autres légumes, en soupe ou en potée, le panais se prête à une cuisine variée, donnant aux plats une savur particulière.

Comment cuisiner topinambour et panais ?

Gratin de panais et d’épinards

2 gros panais

500 g d’épinards en branches

1 oignon moyen

1 gousse d’ail

1 cuil. à soupe d’huile d’olive

100 g d’emmenthal fraîchement râpé

125 ml de crème fleurette

100g de topinambour

2 cuil. à soupe de mascarpone

1 œuf

Sel aux herbes, poivre noir

Sel marin

Couper les panais en tranches de 15 à 20 cm de long et les faire cuire à la vapeur 3 à 4 minutes.

Enlever grossièrement les tiges d’épinards et émincer les topinambour

Faire revenir l’oignon et l’ail finement hachés. Ajouter les épinards et les topinambour, couvrir et faire étuver. Assaisonner de sel aux herbes et de poivre.

Préchauffer le four à 220 °C.

Mélanger la crème fleurette, le mascarpone, l’œuf et le fromage râpé. Saler si nécessaire.

Mettre la moitié des épinards au fond d’un moule beurré, recouvrir d’une couche de panais et ajouter les épinards restants.

Verser sur les légumes le mélange crème-fromage et faire gratiner 15 minutes.

Gratin de panais et d’épinards

2 gros panais

500 g d’épinards en branches

1 oignon moyen

1 gousse d’ail

1 cuil. à soupe d’huile d’olive

100 g d’emmenthal fraîchement râpé

125 ml de crème fleurette

2 cuil. à soupe de mascarpone              

1 œuf

Sel aux herbes, poivre noir

Sel mari

Couper les panais en tranches de 15 à 20 cm de long et les faire cuire à la vapeur 3 à 4 minutes.

Enlever grossièrement les tiges d’épinards.

Faire revenir l’oignon et l’ail finement hachés. Ajouter les épinards, couvrir et faire étuver. Assaisonner de sel aux herbes et de poivre.

Préchauffer le four à 220 °C.

Mélanger la crème fleurette, le mascarpone, l’oeuf et le fromage râpé. Saler si nécessaire.

Mettre la moitié des épinards au fond d’un moule beurré, recouvrir d’une couche de panais et ajouter les épinards restants.

Verser sur les légumes le mélange crème-fromage et faire gratiner 15 minutes.

Galettes de panais

2 panais moyens

1 petit oignon

1 bouquet de persil plat

2 cuil. à soupe de farine d’ëpeautre

1 œuf      

1 cuil. à soupe de crème fleurette          

1/2 cuil. à café de sel aux herbes

Poivre blanc           

Râper grossièrement le panais. Hacher finement l’oi­gnon et le persil. Bien mélanger tous les ingrédients.

Huiler abondamment une poêle et faire chauffer. Verser la pâte par cuillerée et bien l’étaler pour former de pe­tites galettes. Les faire cuire environ 7 minutes, des deux côtés, jusqu’à coloration.